CDF 2016 : Thomas Chareyre « possible d’envisager le titre en championnat de France »

Présent sur quelques courses l’année dernière Thomas Chareyre s’alignera en 2016 sur le championnat de France au sein de son propre team TC4, avec de gros objectifs. A quelques jours de l’ouverture du championnat au circuit de Bresse, le champion du Monde en titre se livre sur 17pouces.net.

Thomas-chareyre-GP-jerez-winner

Tom, peux-tu revenir sur ta victoire lors de l’ouverture du mondial à Jerez ?

Thomas Chareyre : Comme on s’y attendait, il y avait très peu de pilotes. Déjà l’an dernier, il n’y en avait pas beaucoup, et ils ont eu la bonne idée de faire le mono marque Michelin pour les pneus sur le mondial, ce qui a de fait écarté les pilotes qui roulent Metzeler ou pour une autre marque. Malgré tout, il reste 4 gros clients pour le championnat. A part Hermunen qui n’a pas voulu venir, les bons sont là. Ce n’est pas parce que l’on était que 10 à la première que devant il n’y avait as un gros niveau.

Dans ces circonstances, participer au championnat de France cette année était une évidence pour toi ?

Thomas Chareyre : Tout le monde me dit cela, mais il faut savoir que ma participation au championnat de France est prévue depuis l’année dernière. On ne savait pas que le mondial allait prendre cette tournure et nous pensions qu’il y allait y avoir un très gros niveau sur les GP. L’objectif avec l’usine TM était de participer au championnat de France pour rester dans le rythme toute l’année. On s’est dit qu’il fallait être au point et donc, participer au S1 français faisait partie de notre programme et de nos objectifs.

Comptes-tu t’aligner sur toutes les courses ?

Thomas Chareyre : L’objectif sera d’être au départ à chaque fois que je le peux. Mirecourt tombe en même temps qu’un GP le 1er mai, ainsi que Clermont Ferrand le 12 juin. Il y peut-être la finale de Villars que je ne pourrais pas faire, nous restons dans l’attente de confirmation pour cette date en mondial. Sur les 8 courses, je serais présent au moins à 5 d’entre elles.

Adrien-chareyre-TM-TC4

J’imagine que le titre reste ton objectif pour ce championnat de France ?

Thomas Chareyre : Oui, grâce au report de points (moyenne calculée sur les manches disputées) lorsque l’on participe à une épreuve de championnat du Monde, il est possible d’envisager le titre en championnat de France.

La concurrence sera rude en S1, ce titre sera-t-il plus difficile à obtenir que le titre mondial ?

Thomas Chareyre : C’est vrai qu’il va y avoir du beau monde en France ! En plus des pilotes habituels, mon frère sera là, je fais venir un espagnol en plus, j’essaie de brancher des pilotes comme Lazzarini pour venir faire une ou deux épreuves. J’essaie de leur vendre le truc, je leur dit qu’il y a 8 courses au championnat, un calendrier solide, de belles pistes, un bon niveau. Il n’y a pas de promoteur mais la FFM le gère bien. Il y des petites primes de résultats, c’est un vrai championnat qui tient la route.

Thomas-chareyre-2016-jerez-supermotard

Selon toi, le championnat Français est-il le meilleur du monde ?

Thomas Chareyre : C’est clair que c’est un des plus beaux championnats au monde. Je sais qu’en Allemagne il y a un truc sérieux aussi mais je n’y suis jamais allé. Mais clairement, le championnat Français est un des plus gros sur la planète.

Tu t’alignes donc cette année au France S1 avec ton propre team, peux-tu nous en parler ?

Thomas Chareyre : Exactement. On s’est mis d’accord avec l’usine pour que je puisse avoir un peu de matériel, j’ai mon mécano qui sera à mes côtés, je ne pars pas non plus dans l’inconnu mais il faudra se débrouiller. J’ai un pilote espagnol qui sera dans le team avec moi. Au début je ne voulais pas prendre de pilotes pour ma première année car on a toujours quelques galères et je voulais que le team soit rodé avant de se lancer avec quelqu’un. L’usine m’avait même proposé de prendre un pilote en 250. Mais avant cela, il faut que je sache où je vais, ce que je fais de mon team. C’est une première expérience, une année de mise au point. Je verrais si cela me plait et si je développe le team, comme l’a fait Lazzarini en Italie.

Tu comptes rouler encore longtemps ?

Thomas Chareyre : Tant que je prends de plaisir, je continuerais à rouler ! C’est vrai que c’est de plus en plus difficile d’en vivre, mais tant que je me régale, je ne vois pas pourquoi j’arrêterais !

[themoneytizer id= »7392-16″]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *